LE SOUVENIR FRANCAIS

 LE DEVOIR DE MEMOIRE DU SOUVENIR FRANCAIS

SOUVENIR FRANCAIS DU CANTON D'AUDINCOURT VALENTIGNEY

 CREATION DU SOUVENIR FRANCAIS PAR

- Xavier NIESSEN, en 1887 crée, à Neuilly sur Seine, le SOUVENIR FRANÇAIS dont le nom traduit bien la volonté de constituer ce trait d’union entre tous les Français, regroupés dans une association, autour des valeurs de la France et de la République, pour lesquelles 100.000 de ces soldats se sont sacrifiés en 1870 - 71.

Pour atteindre cet objectif, deux tâches matérielles lui paraissent essentielles : entretenir les tombes de ces soldats où qu’elles se trouvent, élever des monuments à leur mémoire, le principe des monuments aux morts communaux n’existant pas à l’époque.

- Le 7 mars 1888, la première phase d’organisation du SOUVENIR FRANÇAIS est achevée et Xavier NIESSEN appelle les Français à rejoindre l’association. Le SOUVENIR FRANÇAIS entre alors dans une période active et son développement sera très rapide : en 1906, il est présent dans 81 départements et son action est "reconnue d’utilité publique", le 1er février de cette même année.

- Ainsi, moins de vingt ans après sa création, le SOUVENIR FRANÇAIS est l’objet d’une reconnaissance officielle, en raison des nombreuses actions accomplies non seulement pour l’entretien des tombes, mais aussi pour l’érection de monuments en maints endroits, Fauquembergues dans le Pas de Calais, Valbonne dans les Alpes maritimes, Montbard en Côte d’Or, à Brive, Saint Dié, Nîmes, Pau etc…

- Concernant l’entretien des tombes, l’idée se fait jour assez vite qu’il convient aussi de ne pas négliger les tombes de ceux qui sont enterrés dans des pays lointains, souvent des marins ; à partir de 1889, l’action du SOUVENIR FRANÇAIS tend à s’étendre au-delà du territoire national, les premières actions s’exercent en Belgique (Waterloo) et aux Pescadores.

En Lorraine et en Alsace annexées

 - C’est en Moselle que va se créer le premier comité du SOUVENIR FRANÇAIS. Jean Pierre JEAN, imprimeur et futur député de la Moselle, crée en 1907 dans le petit village mosellan de Vallières " le comité Messin du SOUVENIR FRANÇAIS ".

- L’audience de ce comité s’étend avec une grande rapidité au point qu’en une année, lançant une souscription pour ériger un monument de mémoire, l’élan est tel que les autorités prussiennes ne peuvent s’y opposer et que les fonds sont recueillis si rapidement que le monument est érigé et inauguré le 8 octobre 1908. Situé à Noisseville, à proximité de Metz, ce monument est dédié " aux soldats français Morts au champ d’honneur ". L’inauguration, sous les plis du drapeau tricolore, réunit 120.000 personnes.

- L’Alsace est alors gagnée, à son tour, par l’élan donné en Lorraine. C’est l’action de Monsieur SPINNER, de Wissembourg qui va, en fait, marquer, de façon significative, l’audience du SOUVENIR FRANÇAIS dans la province. Il décide, en effet, d’ouvrir une souscription, pour ériger un monument à la mémoire des soldats morts pour la défense de la Patrie en Alsace, en deux siècles de conflits : en 1705, sous le commandement du Maréchal de VILLARS, en 1793, aux ordres du Général HOCHE et en 1870 avec le Général Abel DOUAY.

- Le SOUVENIR FRANÇAIS, Association plus que centenaire, à comme Mission :

- De conserver la Mémoire de celles et ceux qui sont morts pour la France et à qui nous devons notre liberté..

- C’est pourquoi nous nous faisons un devoir de participer à toutes les Cérémonies à caractère patriotique et apolitique avec nos drapeaux, une délégation la plus nombreuse possible est souhaitée.

- De transmettre le droit de mémoire, à notre jeunesse, heureusement que nos anciens sont là pour nous guider, pour inculquer à la génération qui est d’ après guerre, la mémoire du Souvenir ce sera mon objectif.

- Veiller et participer à l’entretien des tombes et des monuments en France et à l’Etranger de ceux qui ont laissé leur vie pour notre liberté. Pour cela chaque responsable du Souvenir Français de nos communes doit être vigilant

La devise du Souvenir Français:

- Le Souvenir Français, A nous le Souvenir, à Eux l’ Immortalité

- Lettre du Général de GAULLE au Président du Souvenir Français d’ARMAUD de POUYDRAGUIN

- Le Général de Gaulle

- Réf : CM/PF/N° 2923 / SP

Paris, le 14 octobre 1944

      Mon Général,

- Le Souvenir Français poursuit une œuvre admirable. C’est la vie de la France qu’il défend en s’occupant de ceux des siens qui sont mort pour elle.

- Leur exemple, dont la mémoire est grâce à vous perpétuée, permet en effet aux générations nouvelles de mesurer la valeur de la liberté et le prix dont il faut savoir la payer.

- C’est donc avec le plus plaisir que j’accepte de donner mon patronage à votre Association.

Veuillez agréer, Mon Général, l’expression de mes sentiments les meilleurs et de mes respectueux souvenirs.

 

- L'HISTOIRE DE LA LA FLAMME ET DU SOLDAT INCONNU

 

- Que la flamme du Souvenir brille le plus sur les Monuments aux Morts de nos Communes le jour du 11 Novembre 2016.

 

- L'HISTOIRE DU SOLDAT INCONNU

 

- L’inhumation solennelle du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe de l’Etoile à Paris a eu lieu le 11 Novembre 1920.

 

- EXPLICATION DU SOLDAT INCONNU

- Le Ministre des pensions André MAGINO, décide qu’un corps soit pris dans chaque des 8 régions où furent les plus meurtriers. Flandres, Artois, La Somme, Ile de France, Le Chemin des Dames, Verdun et la Lorraine.

- Le 9 Novembre 1920, les corps   furent exhumés et transportés dans la citadelle de Verdun.

 - Un soldat fut désigné pour choisir quel serait le corps à mettre à l’honneur. Il se nommait Auguste THIN, engagé volontaire, appartenant au 132ème Régiment d’infanterie. Il choisira le 6ème cercueil.

- Le cercueil fut transporté sur un affut de canon d’artillerie puis déposé sous la voute centrale de l’Arc de Triomphe devant une foule immense.